Sélectionner une page

L’addiction au smartphone, dangereux ou inoffensif ?

Posté le 8/04/21

par Antoine Riollet

Vous vous êtes surement déjà demandé pourquoi est-ce que vous passez autant de temps sur votre téléphone. Les notifications ? L’ennui ? Ou même l’addiction ? Pourquoi paniquez-vous quand votre téléphone n’a plu que 20 pour cent de batterie et pourquoi les réseaux sociaux prennent autant de place dans votre vie ?

La Nomophobie

L’addiction au smartphone est appelée « nomophobie ». C’est le fait d’avoir une peur excessive d’être séparé de son téléphone.  Cette phobie, bien que très répandu, n’est pas reconnue par l’état, contrairement à la dépendance aux jeux d’argent qui est inscrite dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Carine Grzesiak, psychologue, explique que cette phobie touche particulièrement les personnes qui présentent un important besoin de récompenses.

Une étude effectuée à partir d’un échantillonnage de 2 163 personnes au Royaume-Unis montre que 59% des hommes et 48 % des femmes souffrent de cette phobie.

Mais alors qu’est-ce qui nous rend si accro à notre smartphone ?

Tout d’abord, on pense aux notifications mais une autre étude a révélé que 89% des interactions étaient initiées par l’utilisateur, et que seulement 11% résultaient d’une notification.

Ensuite viens l’hypothèse des réseaux sociaux, de l’information et de l’instantanéité des interactions. Mais aussi notre besoin de voyeurisme et d’exhibition.

Sur Instagram, beaucoup de gens se façonnent une vitrine absolument parfaite. Il y a même des personnes qui se créent un autre compte ou ils publient des photos, regardent si elles s’intègrent bien sur leur page, analysent, demandent l’avis d’autre personne pour enfin publier sur leur vrai compte.

Sur twitter, sous couvert d’anonymat, beaucoup insultent, dénigrent et harcèlent tandis que d’autre observent tout cela passivement sans rien twitter.

Sur Tiktok, la plupart se contentent de consommer le contenu des « influenceurs ». C’est selon moi le réseau le plus addictifs. C’est un fil de vidéos courte qui se renouvelé en proposant des vidéos semblables à celle devant lesquelles on reste le plus de temps. Un fil sans fin devant lequel on peut rester plusieurs heures sans s’en rendre compte. On n’apprend rien, on ne découvre rien, c’est juste du divertissement cour et concentré.

Ce concept de vidéos courte et à la chaine a tellement bien marche que Instagram et Snapchat l’ont eux aussi exploités.

Y va-t-il un réel danger ?

Bien évidemment, une addiction n’est jamais une bonne chose mais elle n’en est pas pour autant forcément dangereuse. Le réel danger est que certaines personnes peuvent subir des insultes, être harcelées ou encore ridiculisées par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Cela n’est pas dû aux réseaux en eux même mais seulement a la bêtise de certaines personnes. Le réseau social n’est qu’un moyen comme un autre qu’utilise l’harceleur.

Un autre danger des réseaux sociaux (et d’internet en général) est l’exposition a des images pouvant choquer et heurter la sensibilité de chacun. En effet selon une étude de la CNIL 36% des utilisateurs ont déjà été choqués par certains contenus, à caractère sexuel, ou par des contenus violents, racistes et homophobes.

La dédiabolisation de la drogue et de l’alcool sur quelques réseaux peut aussi montrer un mauvais exemple.

En conclusion je pense que Internet est surtout dangereux pour les jeunes consommateurs encore très naïfs qui peuvent plus ou moins facilement se laisser influencer par certain créateur de contenu. Il faut donc selon moi arrêter de diaboliser les réseaux sociaux mais faire de la prévention ou même de la censure avec un contrôle parental adapter à l’Age et à la sensibilité de son enfant.

Et ensuite ?

Vous souhaitez prolonger la conversation, nous parler de votre projet ou simplement nous poser une question ? Ce formulaire est fait pour vous !

Confidentalité